Mme CISSE M’Balou NABE, DG/A LANALA Assurances VIE, « «On ne peut pas parler d’autonomie si on ne se bat pas pour être indépendante »

0
32

Amoureuse de la comptabilité depuis sa tendre enfance, Madame Cissé née M’balou NABE a depuis la fin de ses études embrassé le monde des assurances et continue de faire des exploits. Fervente défenseure des droits des femmes, elle invite ces dernières à se faire respecter par leur travail si elles aspirent à une autonomie totale.

Née dans la ville industrielle de Fria  d’un père comptable travaillant à l’époque à l’usine d’alumine de  la société Friguia, Madame CISSE M’balou NABE a passé une partie de son enfance dans cette ville située à 160 km au nord de Conakry.

En 1990, elle quitte  la cité d’alumine pour Conakry où son père a été affecté. Elle a fait ses premiers pas à l’école Victor Hugo en 1991.

Parlant des souvenirs de sa première année à l’école, Madame Cissé, avec un léger sourire tente de se rappeler de quelques-uns:

« Je ne me rappelle pas trop de mes débuts à l’école car, ça fait très longtemps. Je peux dire que ce n’est pas facile de se séparer des parents, ce sont toujours des pleurs. Tout ce dont je me rappelle de  ma première année, ce sont les amis avec lesquels j’ai débuté et qui m’est impossible d’oublier. »

Après ses études primaires et une partie du secondaire à Victor Hugo, la jeune collégienne d’alors est transférée à l’école Nelson Mandela. C’est là qu’elle reste jusqu’à l’obtention de son bac en 2003.

Elle part alors au Maroc pour ses études supérieures où elle s’inscrit en finance management.

Elle obtient dans le Royaume Chérifien son diplôme de maîtrise en management en 2007.

Une vie professionnelle remarquable

Après ses études et une fois de retour au pays, Madame Cissé fait ses premiers pas dans la vie professionnelle au sein du cabinet d’expertise comptable « Ismaël N’falla Nabé – IFN »de son père de 2007 à 2010.

Sa vie avec le monde des assurances débute juste après son passage au cabinet IFN en 2010. La deuxième personnalité de la branche VIE de la société LANALA Assurances VIE SA, retrace son parcours dans l’assurance.

« C’est en juillet 2010 que j’ai accédé au marché des assurances. J’ai commencé à UGAR comme comptable, après deux mois à ce poste, on m’a fait passer un test au  cabinet d’audit KPMG, à l’issue duquel, j’ai été nommée cheffe-comptable de la branche VIE de UGAR qui est aujourd’hui ACTIVA VIE. J’ai fait 6 ans à ce poste avant de devenir assistante DAF.

Le DG actuel de LANALA Assurances avec qui j’ai eu une  parfaite relation professionnelle à l’UGAR, a sollicité mes services au sein de sa nouvelle société.

C’est ainsi que du poste d’assistante DAF à UGAR, j’ai été nommée en 2017 comme DAF à LANALA  Assurances SA qui venait de naître. J’ai fait 1 an 6 mois soit 18 mois à ce poste. Le Tout Puissant Allah  a permis que je sois l’actuel DGA de LANALA Assurances VIE SA.

Bercée dans une enfance de curiosité, elle a eu le désir de savoir ce que son père expert-comptable cherchait toujours derrière l’ordinateur, madame Cissé se dit satisfaite de son parcours, car l’objectif  était de vivre dans le monde des finances.

En plein dans la fleur de l’âge et mère de cinq enfants, Madame Cissé s’adressant aux femmes et filles, invite ces dernières à se battre pour faire valoir leurs capacités, mériter de la confiance et assurer leur autonomie.

« Tout ce que je demande à mes sœurs, c’est de se battre. C’est vrai que le rôle de l’homme est de prendre soin de sa famille, mais une femme qui aime son mari, qui se préoccupe de ses enfants et qui veut vivre en paix, doit se battre afin d’alléger la charge familiale, de bien éduquer ses enfants et servir aussi son pays. Même si c’est pour vendre les oranges devant la porte, je les encourage. On ne peut pas parler d’autonomie si on ne se bat pas pour être indépendante sur certains points. Tout ce que l’homme fait, la femme peut aussi le faire mais seulement en se battant. »

Le rêve le plus ardent de Madame Cissé M’balou Nabé est de développer le secteur financier, surtout le monde des assurances en Guinée, car dit-elle aujourd’hui le taux de pénétration de  l’assurance dans notre pays est très faible car l’assurance est méconnue du grand public.

Georges Berkeley Mamy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here