Makèmè Konaté, présidente du CeJeFi-BaLiG : «Les jeunes filles sont victimes de beaucoup de violences »

0
231

La République de Guinée est un pays où les droits de jeunes filles ne sont pas respectés. Cette couche sociale est toujours victime d’assez de violences. Pour lutter contre ces maux, plusieurs  ONG se créent. Dans cette interview, nous avons rencontré Makèmè Konaté,  présidente du Cercle des Jeunes Filles Battantes et Libres de Guinée (CeJeFi-BaLiG). Elle a  dans cet entretien, parlé de son organisation.

Qu’est-ce que le Cercle des Jeunes Filles Battantes et Libres de Guinée ?

C’est une association qui défend et fait la promotion de la couche féminine. Il a été créé le 20 mai 2018.

Pourquoi la création de ce Cercle et quels sont ses objectifs ?

Nous avons constaté que les jeunes filles victimes de beaucoup de violences. Elles sont marginalisées et battues, c’est ce qui nous a poussés à créer ce Cercle. Le Cercle a pour objectifs : la promotion de la jeune fille, sa scolarisation, respecter les droits des enfants et  leur faire reconnaître leurs  devoirs, lutter contre les violences basées sur le genre.

Quelles sont les conditions à remplir pour être membre du Cercle ?

Pour être membre du Cercle, il faut d’abord être fille, adresser une demande à la présidente, avoir les mêmes objectifs que le Cercle.

Quelles sont les sources de financement du CeJeFi-BaLiG  ?

Pour le moment, nos sources de financement proviennent de nos cotisations.

 Depuis sa création jusqu’à maintenant, quelles sont les activités que vous avez menées ?

Nous avons mené beaucoup d’activités : annuler des mariages forcés et précoces, nous avons fait des sensibilisations sur le viol, la déscolarisation, etc.

Quels sont vos partenaires ?

Pour le moment, nous n’avons pas de partenaires, mais nous sommes en train de nous battre pour avoir des partenaires.

Quel appel avez-vous à lancer aux autorités  et aux personnes de bonne volonté ?

 Nous demandons à l’Etat de prendre ses responsabilités en garantissant  les droits de jeunes filles. Aux personnes, de bonne volonté de nous venir en aide.

Mamadou Ciré Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here