Fatoumata Bely Barry, aux filles « Il suffit d’avoir… »

0
279
Fatoumata Bely Barry
Fatoumata Bely Barry

Fatoumata Bely Barry est une jeune fille qui a les ”Yeux plus gros que le monde”, pour reprendre l’expression du célèbre artiste franco-guinéen Black M. La secrétaire générale du Club des Jeunes filles leaders de Guinée est malgré son jeune âge, une guerrière dans la lutte contre les violences basées sur le genre.

Bély est benjamine d’une famille de quatre enfants dont deux garçons. Célibataire,  Barry a étudié de la 1re année jusqu’en 8è année à l’école de Bantignel dans la préfecture de Pita. En 2009, elle débarque sur Conakry pour poursuivre ses études. Une fois dans la capitale, elle étudie à l’école privée Ousmane Camara de la 9è année en 12è avant de rejoindre l’école Saint Joseph de Kaporo pour passer le bac. En 2016, elle décroche son bac et est orientée à l’université Koffi Annan de Guinée pour les études de tourisme et d’hôtellerie. Décembre   dernier, la native de Pita a terminé ses études universitaires.

Lire aussi: https://www.laguineenne.net/aminata-abass-doumbouya-un-soldat-engage-contre-les-vbg/

Cette idée de défendre le droit des filles et femmes de la jeune Barry a longtemps existé. Aujourd’hui, elle est chargée à l’organisation du Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée, une ONG de défense de droit des femmes et filles de Guinée : « Cette idée a longtemps duré avec moi. Mon aventure a commencé depuis que j’étais très petite. Je défendais ma cause à moi d’abord. Depuis que j’ai débarqué sur Conakry je vivais avec mon petit frère et ma jeune sœur. Avec le CJFLG, mon aventure a commencé en 2017. Lorsque j’ai découvert le mouvement de ces jeunes filles, je me suis dit que c’est l’environnement que je cherchais pour mener à bien mon combat », a-t-elle éclairé.

Pour elle, travailler avec cette ONG est le meilleur moyen de toucher un public plus large dans son combat. Fatoumata estime que son adhésion à cette plate-forme l’a beaucoup soulagée : « Moi juste je pouvais le faire, mais j’allais juste me limiter dans ma famille. Cependant, avec une ONG comme celle-ci nous pouvons toucher plusieurs personnes, on peut plusieurs choses ensemble, on peut faire bouger les choses… », a-t-elle fait savoir

Parlant de ses projets, Bély compte avoir une maîtrise en management touristique après l’obtention de sa licence. Elle espère exceller dans ce domaine, car, elle pense que le pays est en  retard en ce qui concerne le tourisme : «C’est une passion pour moi, le tourisme. La Guinée est une bonne zone touristique. Et pour cela, j’ai besoin de me former à l’étranger», a-t-elle ajouté.

Lire également:https://www.laguineenne.net/aminata-abass-doumbouya-nigeria-veux-voir-filles-epanouies-loin-de-toutes-mauvaises-pratiques/

Pour le moment, Fatoumata Barry se débrouille dans certains hôtels de la place. L’ancienne élève de Bantignel est agent commercial au sein d’une entreprise de la  place.

A l’occasion de la fête du 8 mars , Bely donne un sens particulier à cette journée:  «La fête du 8 mars représente beaucoup de choses. Premièrement, c’est une occasion pour nous les jeunes filles et femmes de nous faire entendre. C’est une journée qui nous est dédiée au cours de laquelle, on fait des bilans de ce qui a marché ou non, qu’est-ce qu’on doit faire et qui doit faire quoi et qui ne fait ce qu’elle doit faire. C’est également une journée de rencontre et de partage d’expériences», a-t-elle soutenu.

Beaucoup de personnes considèrent toujours  que l’homme est supérieur à la femme. Fatoumata Bely, elle pense que ce que fait un homme, la femme le peut aussi. Elle appelle ses amies et ses mères à avoir une confiance en soi. Pour elle, la confiance en soi est le début de la perfection: «Elles pensent qu’elles ne peuvent pas faire quelque chose et pourtant elles peuvent faire quelque chose, il suffit juste d’avoir le courage et un objectif à atteindre», a-t-elle suggéré.

Elle prie les parents d’éviter de donner leurs filles en mariage précoce qui, selon elle, est une manière de briser leurs rêves.

Mohamed Capi Camara

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here