Ces femmes qui se battent contre la misère dans leurs jardins

0
172

A Kobaya Fossidè dans la commune de Ratoma, les femmes se battent chaque jour pour être indépendantes. Elles pratiquent des activités génératrices de revenus pour survivre. Des femmes paysannes s’activent à la culture dans les jardins. A la période de cueillette, elles s’en procurent pour aller revendre au marché.  L’obtention de ce résultat est un véritable labeur pour ces mères de familles qui sont partagées entre foyers et misère.

Ces femmes cultivent des feuilles de patates, des aubergines, des tomates et autres produits agricoles comestibles. Le travail qu’elles font, demande une force physique pour obtenir un résultat satisfaisant à la récolte. Ces braves dames ont un seul objectif, ne pas vivre au dépens des autres. «Ici, nous faisons tout ce travail pour nous permettre de bien vivre et aider nos maris à sortir des difficultés. Mais nous n’avons de moyens, qui nous permettent de bien faire le travail », déclare Mamata Camara, et à Félix Mansa Tolno d’appuyer en ces termes : « Les mamans travaillent ici avec toute leur force. Elles le font pour ne pas rester à tendre la main. Éviter ce que certaines de nos sœurs font, c’est-à-dire la prostitution. Ces dames veulent gagner leur vie avec la sueur de leur front et aider leurs maris .»

Lire aussi: https://www.laguineenne.net/fatoumata-bah-la–qui-compte-changer-le-visage-de-lagriculture-guineenne/

Sur le terrain, l’on aperçoit ces mères de familles cueillir des feuilles de patates pour vendre en gros aux femmes détaillantes . Les terres qu’elles cultivent sont le plus souvent envahies par des ordures, des déchets plastiques qui empêchent un bon rendement. « Vous voyez ici, pendant la saison pluvieuse, il y a des caoutchoucs que l’eau draine. Pour y travailler, il nous faut enlever tout cela. Si non on ne peut pas cultiver et même si nous cultivons ça ne peut pas donner de bons résultats, car, les sachets-là ne sont pas bons pour les cultures. », se plaint Maciré CAMARA, maraîcheuse.

Aliou Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here